Un contreventement est un système statique destiné à assurer la stabilité globale d’un ouvrage vis-à-vis des effets horizontaux issus des éventuelles actions sur celui-ci (par exemple : vent, séisme, choc, freinage, etc.). Il sert également à stabiliser localement certaines parties de l’ouvrage (poutres, colonnes) relativement aux phénomènes d’instabilité (flambage ou déversement).

Afin d’assurer la stabilité globale d’un bâtiment, il est nécessaire que celui-ci soit contreventé selon au moins 3 plans verticaux (qui s’intersectent en au moins 2 droites distinctes) et un plan horizontal ; on distingue donc les contreventements verticaux (destinés à transmettre les efforts horizontaux dans les fondations) des contreventements horizontaux (destinés à s’opposer aux effets de torsion dus à ces efforts).

Un contreventement peut être réalisé par des voiles (contreventements verticaux) ou des plaques (contreventements horizontaux) en béton armé, en maçonnerie, en bois ou en tôle ondulée; ou par des treillis en bois ou en acier.

Pourquoi faire ?

La structure de la construction est soumise à des charges verticales (le poids de la toiture) mais aussi à des forces horizontales : souffle du vent, charge en appui contre le mur, etc.

Les points de fixations et les assemblages sont par définition ponctuels. Les forces résultantes en cas de vent sont colossales, tout simplement car il existe des effets de levier. Ils sont donc considérés comme des rotules ou des pivots.
Dans ces conditions, une force horizontale appliquée contre la structure la fait vaciller. La structure s’écroule comme un château de cartes.

Les forces verticales peuvent également faire basculer une structure non-contre-ventée. En effet, les pièces supportant les charges ne sont jamais tout à fait bien verticales. La force verticale induit donc une composante horizontale qui peut s’avérer suffisante pour tout mettre à plat.

 

Effet du vent sur une structure non-contreventée

Il faut donc mettre en place des dispositifs de contreventement capables de s’opposer aux forces du vent. Il existe trois dispositifs principaux permettant de contre-venter une construction :

  • les voiles travaillants,
  • les palées triangulées,

 

Les voiles travaillants

Les voiles travaillants sont des éléments des murs qui assurent le contreventement et qui sont constitués par de panneaux (contreplaqué, OSB, aggloméré) cloués ou vissés sur l’ossature de bois. Ces voiles conviennent pour des ossatures-bois en plateforme

Chaque voile travaillant est constitué d’une ou deux plaques de bois, posées en pleine hauteur, conformes aux spécifications de l’EN 13986, clouées sur tous les montants et traverses de l’ossature qu’elles recouvrent.

 

Les voiles palées de stabilité triangulées

Le principe est simple : les écharpes solidarisent les parties verticales et horizontales de la structure. Ainsi, on supprime l’effet rotule au niveau des assemblages. Une autre manière de voir les choses : les écharpes dévient les forces horizontales vers des points capables de s’opposer à elles. Par exemple, l’écharpe transmet la force horizontale transmise par la lisse haute vers la lisse basse ou la dalle qui peut alors s’y opposer (compression ou traction).

Mise en place des écharpes

Mise en place des écharpes

Les écharpes peuvent être en applique ou incrustées.

Pour en savoir plus cliquez ici.